Accueil Nouveautés éditions revues contact accueil Actualites
Geneviève Huttin
Une petite lettre à votre mère
Retour actualités
Une petite lettre à votre mère, 80 pages, 14 x 22 cm. ISBN 978-2-914945-080-9, 13 euros. Cavalier qui penche, 86 pages illustrées, 14 x 22 cm. ISBN 978-2-914945-96-7 Prix : 13 euros

Dans cette langue cassée, étrange où les arrêts, les hésitations comme des remords découpent les phrases, les maltraitent et et les magnifient, où Geneviève Huttin crée une sorte de parler nouveau, les mêmes mots et peut-être les mêmes sens. Pourtant les cassures, les silences en font un parler étranger, il évoque un patois savant qui, sous nos yeux, naît de la contrainte, naît de la nécessité. Jacques Le Scanff

Geneviève Huttin occupe une place originale dans le champ littéraire actuel. Révélée comme poète au début des années 80, elle est aussi auteur de proses poétiques attentives au réel intime ou collectif, de maintenant ou d’autrefois. Pour cela fait appel à l’histoire, la sienne ou celle des autres, la grande, la collective avec un H, une capitale. Quoiqu’elle écrive, qu’elle entreprenne c’est sa voix qu’on entend, singulière, incisive, qui se replie ou qui explore, qui se hasarde tout aussi bien sur le terrain de la philosophie dans d’étonnantes fulgurances que sur celui du manifeste, de la psychanalyse, soucieuse de « lever le masque », pour reprendre les termes de Walter Benjamin. Bien que sans concession, elle demeure bienveillante. Cette voix d’écrivain, c’est celle qu’on lit et qu’on entend dans le «  Texte vocal  » d’Une petite lettre à votre mère. Marie Etienne Ecrivain, rédactrice à La Quinzaine littéraire.

Un passage du texte
Tu es La Japonaise
Tu es un personnage du Japon ancien
Aussi loinNe manquent que les aiguilles à tricoter dans tes coques à reflets
Tu portes du coton imprégné sur un plateau en métal
L’éther me tourne la tête
Quelle cérémonie !
Dans la cuisine, la flamme du gaz stérilise des petites
boîtes en fer où tu mets les seringues
L’eau qui bout
Le silence
Tu passes recueillie en toi-même, tu ne me vois pas
C’EST COMME AU CIMETIÈRE
De l’eau coule dans le broc
Elle tombe dans le broc gris
Toutes les larmes que tu ne verses pas tombent dans ce broc
Mon père est là, quelque part dans la scène
Il semble
Moins triste que toi
Ça fait un bruit de métal triste
Gong, gong

Up